Les Simenon de Gide

En 1948, quelques petites années avant sa mort, Gide se fait prendre en photo avec dans les mains le roman Monsieur Souris de Georges Simenon ; il l’écrit fièrement à son ami, jeune ami de 34 ans son cadet…complice de cette privat joke et témoin de l’admiration du vieux maitre des lettres françaises pour l’écrivain voyageur, produisant  5 romans en 4 mois et écrivant à Gide, « pour me reposer, je vais écrire un Maigret ». Gide peut ainsi écrire « je tiens Simenon pour un grand romancier, le plus grand peut-être et le plus vraiment romancier que nous ayons  en France aujourd’hui ».

Dans son dossier Simenon, prévu pour une étude qui ne sera jamais rédigée, Gide cite ses romans préférés ; en voici la liste :

L’Homme de Londres

La Veuve couderc

Long Cours

Il Pleut Bergère (« un des rares livres de S. écrit à la première personne », note Gide)

L’Inspecteur Cadavre

La Fuite de Monsieur Monde

L’Ecluse numéro 1

Les Inconnus dans la Maison

La Marie du Port (« un des meilleurs »)

Chemin sans Issue

Malempin (ou S. « fait revivre le passé dans et à travers le présent »)

L’Homme qui Regardait Passer les Trains

Les Rescapés du Télémaque

Les Fiançailles de Monsieur Hire

Au Bout du Rouleau

L’assassin

Le Suspect

Le Coup de Lune

Cette liste s’arrête en 1950, date de la mort de Gide. Celui-ci n’aimera jamais Pédigrée, le roman autobiographique que Simenon porta et travailla longuement ;  il lui dira franchement plusieurs fois dans ses lettres.

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s